Platon, Aristote, Epicure à Athènes
🤔

Platon, Aristote, Epicure à Athènes

L'École d'Athènes. Fresque de Raphaël, Palais du Vatican, v. 1509-1510.
L'École d'Athènes. Fresque de Raphaël, Palais du Vatican, v. 1509-1510.

Platon

Copie d'un buste de la fin du
Copie d'un buste de la fin du IVe siècle av. J.-C.

  • -387 : fondation de l'- académie - par Platon (427-347) à Athènes ;
  • objectif : produire une connaissance générale du monde : la philosophie ;
  • ouvrages de Platon seront la base de la formation des élites, jusqu'à aujourd'hui ;
  • apport en physique est quasiment négligeable.

L'essentiel pour la physique est regroupé dans le Timée :

  • unicité du monde ;
  • adoption du système des quatre principes d'Empédocle mais sur la base d'un raisonnement et pas de l'observation. Forme de synthèse entre le substantialisme de Thalés et le structuralisme de Pythagore ;
  • nécessité de la beauté, le lien avec les mathématiques est fort. Par exemple chaque principe représente un polyèdre régulier ; un cinquième élément est généralement attribué appelé l'éther (ciel en grec).
image
5 polyèdres réguliers
5 polyèdres réguliers

Aristote

Buste d'Aristote.
Buste d'Aristote.
  • - 335 : Aristote de Stagire (384-322), disciple de Platon, fonde une école concurrente à Athènes : le - Lycée - ;
L’École d’Aristote. Fresque de Gustav-Adolph Spangenberg, vers 1883-1888.
L’École d’Aristote. Fresque de Gustav-Adolph Spangenberg, vers 1883-1888.
  • réoriente la pratique philosophique vers plus d'observations ;
  • la physique devient un corps de connaissances ;
  • le monde est explicable, il faut en déterminer les causes.

L'ouvrage "Physique"

image

Livre I : À propos des principes

  • adoption de la nécessité d'une pluralité de principes (éléments) ;
  • trois principes : la matière, la forme et la privation.

Livre II : Théorie de la causalité

  • un phénomène est la conséquence de causes :
    • matériel : la matière qui constitue la chose ;
    • formelle : l'essence de cette chose, ce qu'elle est ;
    • efficiente : le principe de changement ;
    • finale : ce "en vue de quoi" la chose est faîte.
    • image

Livre III : L'étude du mouvement

  • définition générale du mouvement :
    • accroissement ou diminution ;
    • génération ou corruption ;
    • mouvement local (sens moderne).
  • rapport entre la cause efficiente et l'évolution du mobile.

Livre IV : Sur le topos et le chronos

  • l'étude de l'espace conduit Aristote à rejeter le vide et même à son impossibilité ;
  • le temps est un mouvement, c'est une perception lié au mouvement de ce qui se passe dans le corps.

Livres V, VI, VII, VII : Etude approfondie du mouvement

  • tout mû est mû par quelque chose (c’est la grande erreur d’Aristote ! C’est tout à fait faux !)
  • considération a priori (raisonnements "purs") plutôt qu'observation du mouvement.

Ouvrages "Les Météorologiques" et "Du ciel"

  • les dieux séjournent dans le ciel ;
  • le ciel entoure le monde tout entier ;
  • le ciel a une forme sphérique.

Et pendant ce temps :

Héraclide de Pont : propose de remplacer le mouvement de la sphère des étoiles fixes par le mouvement de la Terre en 24 heures. L'idée de - relativité - fait son chemin.

image

Callippe de Cyzique : collaborateur d'Aristote pour les questions mathématiques se rend compte que le système d'Eudoxe (sphère fixes) pour rendre compte précisément de la disposition des astres nécessite la bagatelle de 34 sphères. Il propose un nouveau cycle remplaçant celui de Méton, plus long qui fait mieux coïncider les mois lunaires et les années solaires.

- 306 Epicure (341 - 270) fonde à Athènes - L'école du Jardin -. Il publie l'ouvrage perdu "Sur la nature". Il y développe l'atomisme de Leucippe et de Démocrite. Vu le prestige de l'académie et du Lycée, la théorie proposée n'est pas suivie. L'existence du vide s'opposant frontalement à Aristote.